Jeudi 25 juin 2015 à 8:00


The Producers (프로듀사)   

Drama coréen

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/TheProducersp1.jpg
Période de diffusion : 15 mai 2015 - 20 juin 2015
Episodes : 12 (90 min)
Genre : Romance, Comédie, Real-life, Variété
Ratings : 15%
Casting :
Kim Soo Hyun as Baek Seung Chan
Gong Hyo Jin as Tak Ye Jin
Cha Tae Hyun as Ra Joon Mo
IU as Cindy

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/carre2-copie-2.jpg
~ L'histoire ~

Baek Seung Chan est un nouveau producteur chez le géant KBS. Il va devoir apprendre les ficelles de métier et découvrir le milieu de la variété et ses si particulières émissions de "télé-réalité". 

S'il exerce ce métier, ce n'est pas par passion mais parce qu'il suivait la femme qu'il aimait. Petit soucis ? Elle sort déjà avec Ra Joon Mo, le producteur de l'émission 
1N2D... le nouveau patron de Seung Chan. 

Mais ce n'est pas non plus le jour de Tak Ye Jin, la productrice de 
Music Bank. Après avoir abîmé la voiture de Seung Chan, elle doit affronterCindy, idole au sommet de sa gloire dont la célébrité n'a d'égale que son arrogance et ses provocations. 

Dès lors, pour chacun, il va falloir survivre dans cet environnement où les ratings distribuent le pouvoir... 


http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/carre3-copie-2.jpg
~ Mon avis ~

9/10

The Producers fut une étrange aventure. 

Le drama a commencé comme une expérience. Le but était de filmer les producteurs d'émission de variété comme s'ils étaient eux-même dans une émission de variété. Une mise en abîme dont l'humour, les caméos et les multiples méta-références à l'univers du showbiz étaient censées porter l'originalité du format. 

The Producers racontait donc l'histoire des producteurs de 1N2D, de Music Bank ou de Vitamin par exemple, qui sont toutes des émissions de variété qui existent réellement et sont produitew par KBS. Bref, le but était d'être la fois divertissant et métaphorique tout en racontant l'histoire de personnages attachants et sympathiques. 

Le problème est que le succès n'a pas été au rendez-vous. Les coréens ont boudé le drama, et même le succès sur le web a été extrêmement mitigé : d'un côté, il y avait les avis très favorables, de l'autre, ceux qui affirmaient s'ennuyer à en mourir pendant l'intégralité des épisodes. Personnellement, je me trouvais un peu entre les deux. Je ne regarde pas d'émissions de variété : j'en connais beaucoup de nom et je connais aussi parfois ceux qui les animent où y sont invités, car le monde des drama est un petit monde. Mais je suis loin d'assez bien connaître cet univers et son actualité pour avoir saisi ne serait-ce que la moitié des références ou avoir reconnu la moitié des caméos qui font leurs apparitions dans les premiers épisodes. Résultats, l'humour n'était pas toujours au rendez-vous pour moi... et je trouvais dommage que malgré une écriture à l'évidence excellente, on ne passe pas plus de temps avec les personnages. 

Face aux critiques, KBS a toutefois du prendre un peu peur. En tout cas, les producteurs ont vite décidé de peu à peu délaisser la forme expérimentale pour revenir vers du drama plus classique (à peu près, puisque la durée des épisodes sort tout de même un peu de l'ordinaire : 12 épisodes, 1h30 par épisode en moyenne (le dernier dure même 1h 40 !). 

Et à partir de là, The Producers n'a cessé de monter en flèche et de gagner de la qualité à chaque épisode. Je n'ai pas vu passer les deux derniers épisodes, bien qu'ils cumulent à eux deux plus de 3h de film ! 

La qualité de The Producers est difficile à expliquer. C'était à la fois son réalisme, son humour débridé et sa joie de la métaréférence qui en ont fait un petit bijou. La manière dont il est filmé est aussi assez intéressante et soignée. Enfin, l'histoire est prenante. The Producers raconte la vie de tous les jours, raconte les évidences, raconte les gens. Cela devrait nous ennuyer de voir le quotidien, de voir des gens profondément pleins de défauts, mais... le récit est juste. Les dialogues sont acérés. Et l'on aura beau dire, lorsque l'amour s'en mêle... qui peut y résister ?

Au delà de l'écriture redoutable de Park Ji Eun, dont on sait bien sûr l'immense talent (elle compte après tout à son actif You From the Starset Queen of Reversals et Unexpected You) ce sont toutefois les acteurs qui ont porté aussi loin leurs personnages. 

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/TheProducers0007.jpgIl est devenu tellement populaire qu'on en oublierait la force de son talent. 
Kim Soo Hyun est une évidence. Un drama dans lequel il joue sera une réussite absolue. Un film dans lequel il joue, un blockbuster à n'en pas douter. Il est peut-être l'acteur le plus populaire en Corée et sa côte ne cesse de monter en grade. On pourrait croire qu'il s'autoriserait à se reposer sur ses lauriers, ou que comme beaucoup de grandes stars coréennes, son talent soit survendu...

Sauf que non. Kim Soo Hyun est encore une fois bluffant dans son rôle. Peut-être même est-il meilleur que dans tous les rôles qu'il a jusque là incarné. Je ne sais pas comment il fait, mais il parvient à trouver cette justesse dans les expressions, dans sa manière de poser sa voix... à chaque scène. A chaque phrase. Il parvient à donner une épaisseur formidable à tous ses personnages. En jouant Baek Seung Chan, il a encore réussi à me faire oublier qu'il était Kim Soo Hyun. Dans You From the Stars, j'avais eu plus de mal, probablement parce que Jun Ji Hyun était une vedette à son égal. Mais assurément, dans The Producers, c'est Kim Soo Hyun qui domine la casting. 
Je ne saurais même pas dire combien j'ai aimé Baek Seung Chan. Son côté geek maladroit était tout simplement adorable. Il avait l'innocence d'un enfant élevé dans une famille aimante, la compétitivité de l'intellectuel qui aime savoir et être le meilleur, et la timidité de l'inexpérience. J'aimais les étoiles dans ses yeux quand il était récompensé, j'aimais les sourires qu'il était complètement incapable de réfréner dès qu'il était heureux, j'aimais lorsqu'il délivrait à la caméra ses secrets et ses vérités. La complexité et le charme du personnage sont impossibles à résumer, il faut le voir pour le comprendre. Voir pour encore une fois prendre la mesure du talent et du charisme formidables de Kim Soo Hyun. 
Je commence en tout cas à me demander si Park Ji Eun aime écrire des personnages dont les habitudes alcooliques sont bizarres. Kim Soo Hyun, en tout cas collectionne. Dans You From the Stars, l'alcool le rendait clairement épique, mais ici, je dois dire que ça volait aussi très très haut ! Haha ! 

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/TheProducers0017.jpgLe reste du casting ne palissait pour autant pas en comparaison. Gong Hyo Jin est toujours excellente dans tous ses rôles. Cette actrice dégage un naturel et un charisme sans pareil. Le personnage de Tak Ye Jin m'a touchée et je comprend l'affection que développe vite Seung Chan pour elle ou son amitié vieille comme le monde avec Ra Joon Mo. Elle a une présence telle qu'il est facile d'orbiter autour d'elle. Et elle est tellement naïve qu'elle ne se rend absolument pas compte des vraies raisons pour lesquelles ils le font. Elle est complètement obtuse, ce qui est vraiment tourné d'une manière drôle. Et je crois que Tak Ye Jin bourrée et sa folie de l'ayego me feront mourir de rire pendant encore un bon moment ! [SPOIL] Ou mieux ! Quand Seung Chan l'imite à la fin du drama... toute la scène où il est bourré dans le dernier épisode, j'ai cru que j'allais m'étouffer de rire, vraiment, hahaha [/SPOIL]

Son histoire avec Ra Joon Mo était vraiment bien racontée. A aucun moment on ne sort du réalisme. Là où Baek Seung Chan devait en faire beaucoup pour prendre de l'importance, puisqu'il connaît peu et mal Ye Jin, il est logique que pour Ye Jin et Joon Mo, il ne soit pas nécessaire de passer 200 ans ensemble par épisodes pour développer leur relation. Ils sont déjà si soudés, si évidents l'un pour l'autre que leur amitié n'a pas besoin de ça. J'ai aimé que la scénariste et le réalisateur optent pour un rendu plus proche de la réalité, même si cela peut parfois être frustrant dans les faits. 

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/TheProducers0014.jpgEt Ra Joon Mo était frustrant. Je ne connais pas tellement l'acteur Cha Tae Hyun, mais j'ai cru que comprendre que c'était une pointure. Il joue extrêmement bien d'ailleurs, mais il faut reconnaître que son personnage avait comme grand trait de caractère d'être indécis et... l'indécision agace, c'est un fait. Surtout dans un drama, parce que du coup, on a toujours envie de le secouer pour qu'il FASSE QUELQUE CHOSE ! Si du côté de son travail, les intrigues de Joon Mo sont prenantes, du côté de sa vie amoureuse, il met du temps à se réveiller. [SPOIL] Hallelujah à la fin. J'ai cru que ça n'arriverait jamais ! Et encore, il faut que Ye Jin le mette au pied du mur... Ca va qu'elle ouvre enfin les yeux : merci Seung Chan ! D'ailleurs, la manière dont le drama finit est amusante. On en revient au départ. Seung Chan est devenu producteur par amour... et il faut croire que Joon Mo a plus en commun avec lui qu'il ne le pensait puisqu'il s'avère que sans trop le réaliser... il a fait exactement la même chose ^^[/SPOIL] Néanmoins, son personnage m'a beaucoup touché. C'est un homme bien, intègre, et j'ai beaucoup aimé cela chez lui. 

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/TheProducers0008.jpgMais pour moi, la découverte de la seconde partie du drama, c'était Cindy. Quelle progression ! Entre la qualité de son intrigue qui augmente de façon exponentielle et la finesse de jeu d'IU : magnifique. Les moments où le temps de fige lorsqu'elle dévisage Seung Chan avec de grand yeux timides dressent le splendide tableau d'une femme amoureuse. Ce qui n'empêche pas son caractère de cochon ou sa quête de respect de rester jusqu'au bout. 
Beaucoup lui ont reproché un jeu en dessous des autres dans les premiers épisodes, mais je n'étais pas du tout d'accord. Je pense que par habitude, les gens ont cru qu'elle jouait le rôle habituel de la star arrogante. Ils ont trouvé que son visage était trop figé, que ses scènes manquaient de relief. Mais pour moi, Cindy joue de son attitude plus par habitude que par caractère. Ce que jouait IU, c'était l'ennui. L'ennui d'une vie de star qui ne l'intéresse plus, qui ne la satisfait plus en tout cas. Elle jouait l'épuisement. Ce n'est que lorsqu'elle tombe amoureuse de Baek Seung Chan que sa vie retrouve un sens et qu'elle cherche à renaître de ses cendres. C'est pourquoi j'ai trouvé la montée en puissance et la force de son personnage absolument passionnante. D'ailleurs, dans les derniers épisodes du drama, elle était l'héroïne, et elle était incroyable. 
IU ne cesse de m'impressionner. Elle dégage une fraîcheur qui va vraiment la mener loin. Elle joue presque aussi bien qu'elle chante, et ce n'est pas peu dire (même si KPop oblige, je ne suis pas fan de ses chansons). Ils en ont fait du chemin, elle et Kim Soo Hyun, depuis Dream High.

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/bandeauxdirecteur.jpg
 J'ai aussi beaucoup apprécié le développement des personnages secondaires. L'air de rien, sous le couvert de l'humour et des références, les personnages ont vraiment chacun eu le droit à leur moments. La directrice de Byun Entertainment, le directeur du département variété et Kim Tae Ho, n'étaient pas des personnages pour qui ont ressent vraiment d'empathie. En dehors de directeur Byun, ils ne ont pas foncièrement mauvais. Mais ils sont les supérieurs de nos héros, donc forcément, ils sont aussi nos ennemis.

J'ai aussi beaucoup apprécié que le drama prenne le temps de faire intervenir les familles. Cela changeait de ne pas avoir de héros aux origines familiales douteuses ou de secrets de naissance (quoique l'idée ait été reprise, sous une forme remarquablement bien trouvée pour jouer avec les clichés que l'on peut trouver dans les dramas [SPOIL] Tourner la mort des parents de Cindy en mensonge orchestré par Byun était une intrigue passionnante et très plausible. J'ai beaucoup aimé la manière dont ça a été traité. [/SPOIL]). La famille de Seung Chan est vraiment drôle et en même temps agaçante : sans être lourds, les membres de la famille dégagent vraiment le sentiment d'une cohésion solide. C'est une vraie famille. Avec ses hauts, ses bas, ses travers, ses échecs, ses réussites et ses désirs. La mère de Joon Mo est extrêmement en retrait et le fait qu'elle disparaisse dans la seconde partie du drama était un peu étrange : comme si on l'avait oubliée. Mais enfin, elle n'avait pas non plus grande importance. 

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/bandeaudeux.jpg
Les moments de sagesse entre Seung Chan et Kim Joon Bae dans la salle des accessoires de tournage étaient géniaux. Mais ce sont Go Yang Mi et Kim Joong Gook qui ont gagné mon affection. Leur histoire était vraiment drôle. Yang Mi et son obsession des fournitures... je crois que je ne verrais plus jamais les paquets de feuilles près de la photocopieuse (ou la photocopieuse haha) de la même façon. 

Quant aux cameos, aucun n'avait le panache de Lee Seung Gi. Mon dieu, ce qu'il m'a fait rire ! Il se jouait à la fois lui-même, à la fois il se tournait en dérision... c'était absolument énorme ! 

Le son était vraiment bien géré : je n'ai globalement retenu aucune chanson et je n'en ai pas vraiment aimé une, mais c'est probablement parce qu'il y en a très peu. The Producers laisse place à la réalité, il y a donc assez peu de musique : c'est le dialogue qui a la part belle et ce que ça fait du bien aux oreilles ! 

The Producers met donc un peu de temps à démarrer, et c'est plutôt logique car pour que la méta-référence fonctionne pleinement, il ne suffit pas de faire des allusions à la réalité dans un drama, il faut aussi faire des allusions à la réalité du drama. Et c'est pour ça que les derniers épisodes sont les meilleurs. 

Le drama ne se regarde probablement pas d'un coup, surtout à cause du format des épisodes, je pense. Mais c'est vraiment un drama à voir. Ne vous laissez pas refroidir par le début... ou ne soyez pas déçus que le drama abandonne son format de "documentaire". La maturité et l'honnêteté des personnages sont une leçon de vie. Être producteur est un métier, mais à la fin de la journée, c'est auprès des gens que l'on va chercher du réconfort. J'ai beaucoup aimé que le drama, bien que produit par KBS pour KBS, ne se prennent pas pour plus qu'il n'était. Je ne m'attendais pas du tout à cela, mais le drama a su rester humble.

En tout cas, je verrai différemment les émissions de variété maintenant ! 

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/carre1-copie-1.jpg

~ Et vous, qu'est-ce que vous en avez pensé ? ~

Boss & Me - CDrama

Par Nikilann

Mercredi 20 mai 2015 à 8:00

 

 Boss & Me (杉杉来了)
Drama chinois

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/image4.jpg

Période de diffusion : 08 juillet 2014 - 20 juillet 2014
Episodes : 34 (45 min)
Genre : Romance, Comédie, Famille

Casting :
Zhang Han as Feng Teng
Zhao Li Ying as Xue Shan Shan
Huang Min as Zheng Xi
Li Cheng Yuan as Yuan Li Shu

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/01carre.jpg
~ L'histoire ~

Lorsque Shan Shan est réveillée au beau milieu de la nuit par un coup de fil inconnu, elle est loin de se douter que sa vie va en être bouleversée. Emmenée en taxi à l'hôpital, on lui apprend que la soeur du patron de son entreprise a besoin d'une transfusion sanguine, et qu'en raison de leur groupe sanguin rare, Shan Shan est la seule à pouvoir la sauver. Ravie d'aider, Shan Shan donne son sang, et rentre chez elle, un peu éberluée. 
Dès le lendemain, elle commence à recevoir tous les midis une lunchbox de foie de porc, pour reconstituer son flux sanguin... envoyée par le "Big Boss". Avec l'impression désagréable d'avoir été acceptée dans l'entreprise pour son sang, elle va toutefois découvrir que derrière l'entreprise et son nom Feng Teng, se cache un homme... (un vrai !)


http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/02carre.jpg
~ Mon avis ~

8,5/10


Comme une brise, Boss & Me a un parfum de printemps. Cette histoire d'amour terre-à-terre dans sa réécriture de Cendrillon passionne pour toutes ses intrigues, et presque chacun de ses épisodes. Après un petit coup de mou (rien de catastrophique) autour de épisodes 17-20, et 25-28 je dirais approximativement, il se regarde tout seul. C'est romantique comme conte de fée du 21e siècle mais c'est aussi une histoire d'amour comme on fait rarement dans les dramas. 

Car Boss & Me est le drama qui, étrangement, vous fera adorer tous ses personnages féminins ! Et alors ça, si ce n'est pas le bonheur, je ne sais pas ce que c'est. C'est quand même plutôt rare de préférer les personnages féminins aux personnages masculins dans un drama. Dans I Hear Your Voice, Lee Bo Young est magistrale... mais Lee Jong Suk vous rendra dingue. Dans Queen of SOP, Joe Chen est géniale, mais qui ne craquerait pas pour son adorable pen pal "Tom" ? (d'ailleurs joué par le même acteur.
 Il est assez drôle de noter que si dans Queen of SOP j'ai totalement craqué pour Zhang Han, et que du coup, je m'attendais à totalement le shipper aussi dans Boss & Me... et bien non, pas tant que ça). Bref, quand l'héroïne tape dans l'oeil, le héros a tendance a aussi faire de la compétition. 

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/comki7.jpgDans Boss & Me, Xue Shan Shan est le personnage le plus intelligent du drama du premier épisode à la dernière seconde. Elle était à la fois totalement moi (une fille de base : à toujours trop réfléchir, mais à faire totalement autre chose que ce qu'elle pense ^^), et à la fois totalement ce que j'aimerais devenir (pleine de confiance et d'assurance, et de force pour affronter tous les obstacles que la vie mettra sur mon chemin). Elle est tellement normale, avec ses défauts et ses qualités, sa gentillesse, ses pensées hilarantes et tellement fines (j'ai adoré que pendant tout le drama, elle voit à travers Feng Teng comme à travers du verre. C'était génial d'avoir une sorte de voix off qui nous prend enfin pour des gens intelligents et qui sait bien que nous ne sommes pas dupes... pas plus que l'héroïne.) Il y a un jeu sur le cliché, sur ce que l'on attend... et à chaque fois, Shan Shan réagit de la manière la plus stylée qui soit : celle qu'on attendrait jamais dans un drama, parce que dans un drama, noble idiotie et malentendus sont légions. Dans Boss & Me, chaque malentendu, chaque désaccord... est incroyablement développé. J'ai notamment beaucoup apprécié les derniers épisodes, pour leur finesse. Boss & Me surprend pour son intelligence, et ce, jusqu'au bout. Je m'incline devant Shao Li Ying, qui interprète ici l'un des meilleurs personnages féminins de drama que j'ai pu voir. [SPOIL] Entre le moment où elle découvre pour Feng Teng et Li Shu (tragique mais tellement génial. Cette réaction était tellement forte, tremblante... quel charisme !) et le moment (hilarant) où elle renvoie l'ex de Feng Teng à sa place dans le dernier épisode en lui annonçant qu'elle est fiancée... j'étais morte de rire et abasourdie par son bon sens XD Jusqu'à la dernière seconde, elle m'a ravie. Même la phrase de clôture du drama est d'un simplicité désarmante. [/SPOIL]

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/7041357906459553.jpgFeng Teng, le "Big Boss" est homme d'apparence froide qui a en réalité... le coeur tendre. Oui, mais avec beaucoup moins charisme que d'habitude ! Pour autant, je trouve que ça a été sa plus grande qualité. Je m'explique : Feng Teng est loin de l'homme parfait ou du stéréotype égoïste et arrogant du riche Chaebol. Il ne se révèle pas parfait aux côtés de la naïve Candy/Cendrillon qui parvient à s'emparer de son coeur. Non, Feng Teng reste lui-même. Absolument imparfait. Il incarne le Chaebol, pas le fantasme, mais l'homme. Pas très causant, blagueur aux goûts vaguement douteux (ou plutôt handicapé social), il ne provoquera pas les frissons et les élans que peuvent provoquer Lee Min Oh, Lee Seung Gi, (Jung Kyung Ho <3) et autre ravisseurs du genre. Et pourtant, sur les derniers épisodes, j'ai réalisé que j'adorais ce personnage, justement pour tout ces défauts et cette imperfection. Il est tellement plus proche de la réalité et follement attachant à sa manière. Zhang Han encore une fois livre une interprétation toute en subtilité. Il le joue avec finesse, toujours dans cette entre-deux où on ne sait pas ce qu'il pense : s'il va sourire de bon coeur, ou continuer de fixer le vide avec un air songeur. 

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/1e0d7c85304058ce36d8f37890c9de64.jpgHuang Min dans le rôle de Zheng Xi joue le second rôle sexy, tombeur, mais en même temps adorable, honnête et guimauve. Face à un Feng Teng un peu austère, il aurait du ravir mon coeur. Et bien, absolument pas. Il m'a fait le même effet que Feng Teng : sur la papier, il vend du rêve (et dans un autre drama, il aurait fait succomber toutes ces dames). Mais dans Boss & Me, c'est un homme comme les autres, pas forcément à l'aise avec les sentiments et les déclarations, au timing catastrophique, bien qu'il soit drôle et séduisant. C'est un indécis, un orgueilleux, mais aussi un homme fidèle et loyal. Bref, de vrais défauts qui ne disparaissent jamais, et de vraies qualités qui brillent toujours. Sa relation avec Feng Teng était géniale. J'adorais leurs conversations au terrain de basket. Il y avait beaucoup d'honnêteté dans ce drama ce qui rendait les interactions très agréables.

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Img402263930.jpgYuan Li Shu, jouée par Li Cheng Yuan, m'a du coup beaucoup surprise. Rivale à la limite de la manipulation vicieuse pendant l'essentiel du drama... on ne la déteste pourtant jamais. Et je crois que c'est la qu'on voit qu'il y a vraiment un travail sur la caractérisation féminine des personnages dans ce drama, parce que bien qu'elle fasse des choses vraiment pas classe, on s'est attaché à elle sans s'en rendre compte. 
Tout se joue de manière parfaite pour qu'on la comprenne, et qu'elle même comprenne ce qu'elle est en train de devenir. Ca m'a beaucoup impressionnée, scénaristiquement parlant, et c'était vraiment agréable. 

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/0bandeau.jpg
J'ai eu un total coup de coeur pour Feng Yue et Yan Qing. Feng Yue (la soeur de Feng Teng) a été tout du long un de mes personnages préférés. Elle est tellement gentille et on sent qu'elle veut toujours bien faire, mais elle a ses propres idées, un caractère très fort, et elle fait des choses qui dans un autre drama seraient passées pour monstrueuses. [SPOIL] Comme faire suivre la meuf de son frère sans le dire à personne alors que c'est censée être son amie. [/SPOIL] Or, dans Boss & Me, elles passent juste pour de bonnes intentions un peu maladroites. J'ai adoré ce personnage de la première à la dernière seconde, l'actrice, Zhang Yang Guo Er est sublime : juste wow. Quant à Yan Qing, il est un peu plus en retrait, mais chacune de ses scènes était vraiment superbe. Son couple avec Feng Yue respire tellement le calme, la sérénité, l'équilibre, j'adore comme ils se balancent l'un l'autre : il est plutôt discret là où elle est le centre de l'attention, mais il est plus raisonnable et compréhensif là où elle n'en fait qu'à sa tête. Si il y a un couple que j'ai shippé dans drama, et bien c'était eux, en fait ^^ (oui je sais, ça n'a pas de sens d'adorer le couple marié en second plan qui ne partage pas vraiment de scènes romantiques... ^^ La magie de Boss & Me !)

Liu Liu et Lu Shuang Yi, la cousine et la colocataire de Shan Shan étaient tout bonnement adorables et leurs développements personnels passionnants. Quel plaisir de voir une relation aussi complice ! Enfin une VRAIE amitié. Damn, ça change ! 
L'ambiance au bureau était un peu plus factice, mais j'ai aimé que ce soit aussi tranché entre la vie personnelle de Shan Shan et l'entreprise. En général, il n'y a pas de séparation : une fois entré dans la vie active, dans un drama, la vie d'un personnage ne tourne plus qu'autour de son travail. Conclusion, on se retrouve avec des relations écrites à la va vite destinées à faire valoir la romance. Ici, il y avait un univers tellement riche autour de la romance, que c'était presque plus intéressant que de voir Shan Shan et Feng Teng ensemble. 

La famille de Shan Shan également, m'a beaucoup plu. Sa mère, compréhensive, peut avoir l'air un peu effacée derrière le père, mais j'ai aimé qu'elle sache faire peser son avis. Le père de Shan Shan était un peu plus caricatural, mais je suis parvenue à le comprendre, à défaut d'approuver ses décisions. You Cheng Hao et "Auntie" étaient imbuvables, mais il en faut bien. Au moins, ils le sont restés jusqu'au bout. Pas de retournement de situation improbable ou quoi, ça faisait plaisir (?). 

La bande son m'a un peu hérissée les oreilles entre le générique plat sans rythme...
 ne parlons pas de la chanson chantée totalement en anglais avec un accent catastrophique et des paroles super niaises pas toujours correctes. Je ne m'attarderais donc pas vraiment sur la question ^^ 

Boss & Me, aussi connu sous le nom de Shan Shan Comes to Eat (que je préfère, je trouve ça plus dans l'esprit du drama), a donc été un excellent moment à passer. Il est rare qu'un drama ne perde pas son souffle sur la distance, mais Boss & Me a admirablement tenu le pari et délivre une histoire rafraîchissante, pas prise de tête et mignonne comme tout... qui ravira filles et garçons, parce que si vous avez un jour cherché à comprendre comment l'esprit d'une femme fonctionne, je crois que ce drama en donne un excellent exemple ! 

Merci Shan Shan ! Et bravo aux boissons RIO qui ont du, grâce au placement de produit absolument aveuglant et phénoménal, écouler suffisamment de stock pour faire du bénéfice sur les 25
 ans à venir ! 

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/03carre.jpg
~ Et vous, vous en avez pensé quoi ? ~ 


Blood - KDrama

Par Nikilann

Mercredi 15 avril 2015 à 11:04


 Blood (블러드)
Drama coréen

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/BloodKoreanDramap1.jpg

Période de diffusion : 16
 février 2015 - 21 avril 2015
Episodes : 20 (60 min)
Genre : Action, Fantastique, Médecine, Romance

Casting :
Ahn Jae Yeon as Park Ji Sang
Gu Hye Sun as Yoo Ri Ta
Ji Jin Hee as Lee Jae Wook
Luuvy as Luvvy

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/carre2-copie-1.jpg
~ L'histoire ~

Park Ji Sang est un vampire médecin super stylé et super badass. Yoo Ri Ta est une femme médecin de caractère (et la nièce du directeur de l'hôpital) prête à tout pour montrer qu'elle est la meilleure. Il la bouscule. Elle marche sur ses lunettes. 
Le début d'une grande histoire d'amour à travers le temps, l'espace, le sang, la médecine (?) et les méchants vampires qui veulent contaminer le monde entier.

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Carre1.jpg

~ Mon avis ~

Luuvy 

Ah Blood. Blood, blood, blood. Quel drama fantastique !

Le meilleur personnage jamais créé illumine le drama, joué par le meilleur acteur qu'il m'ait été donné de voir. Drôle, salace, original, il a un sens du timing qui a toujours sû me faire rire. Doux robot, Luuvy, tu m'as (presque) fait aimer ce drama, merci. 

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Asianwiki.png Même Asianwiki lui rend hommage.
 


Blood. On commence à s'inquiéter de la qualité d'un drama lorsque le robot sidekick du sidekick du héros est le meilleur personnage. Les acteurs sont catastrophiques, au point que Goo Hye Sun, actrice que je déteste, soit la plus supportable du casting. Quant au plus grand mystère du drama, il se dessine assez vite... Ahn Jae Yeon aura-il une autre expression faciale au prochain épisode ? [SPOIL?] Réponse : NON. [FIN SPOIL ?]

 
http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Episode1JS.png Episode 1 : No Face

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Episode4JS.png Episode 4 : Réveil en sursaut

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Episode7JS.png Episode 7 : Adrénaline

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Episode10JS.png Episode 10 : Surprise

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Episode15JS.png Episode 15 : Assurance Badass

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Episode18JS-copie-1.png Episode 18 : Suspicion

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Episode20JS.png Episode 20 : Vampire Style (Rage, Haine, Souffrance et Désespoir)

Réalisation catastrophique, effets spéciaux pitoyables, mythologie franchement mal élaborée. Histoire tragique tournée au ridicule. La vie des personnage semble évoluer en huis clos, entre 4 lieux : l'appartement du héros, de l'héroïne, du méchant et l'hôpital. On ne s'intéresse tellement pas aux personnages (et de manière générale, à rien), que les deux seuls retournements de situations surprenants qui auraient pu donner de l'ambition au drama... tombent à plat. [SPOIL] En plus ils ont tué Hyun Woo qui était gentil et amoureux !  Ne parlons pas de cette fin qui n'a juste... aucun sens. [/SPOIL]

La seule et unique chose que j'aie vraiment aimé dans ce drama sont les musiques instrumentales. Celle au piano à la fin de chaque épisode était très simple, mais vraiment belle.

Improbable, artificiel, Blood ne fait même pas honneur à son nom ! Où est le sang ? Où sont les vampires sexy et stylés ? 

Bref. A quoi bon parler de Blood, quand on peut parler de son robot ? 

Voici une fresque en couleur du talent d'acteur de ce petit appareil. Luuvy, c'est pour toi. Rien que pour toi. Dédicace Love. 

 
http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/tumblrnjy4gtzKLG1t2u15po51280.jpg Naissance de Luuvy

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/tumblrnjy4gtzKLG1t2u15po71280.jpgLuuvy se fait des amis

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/luuvyheart-copie-1.gifLuuvy fait des coeurs

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/9uJelVq.jpgLuuvy se fout de la gueule des personnages à notre place

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Luuvyexposescientifique.jpg Luuvy fait un exposé scientifique stylé


http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/blood11recapluuvyjisanghyunwoo-copie-1.jpg Luuvy rapporte

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Luuvyexploitation.png Luuvy se fait exploiter sans vergogne par les personnages

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/LUUVY.jpg Luuvy <3

~ Moi, je m'en vais voir Vampire Prosecutor ~ 

Bad Guys - KDrama

Par Nikilann

Mercredi 11 mars 2015 à 8:00

 

 Bad Guys (나쁜 녀석들)
Drama coréen

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/8TRJEYH8GIB1HW5AUJYB1024x0.jpg

Période de diffusion : 4 octobre 2014 - 13 décembre 2014
Episodes : 11 (70 min)
Genre : Action, Thriller, Policier, Crime

Casting :
Kim Sang Joon as Oh Gu Tak
Park Hae Jin as Lee Jong Mun
Jo Dong Hyeok as Jung Tae Su
Ma Dong Seok as Park Wong Cheol
Gang Ye Won as Yoo Mi Young

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/carregroupe.jpg
~ L'histoire ~

Lorsque la fille du chef de la police est tuée, celui-ci est prêt à tout pour résoudre l'enquête. Face à l'impossibilité de faire face à l'aide de la justice traditionnelle, il fait appel à Oh Gu Tak, surnommé Mad Dog, ancien policier dont la fille a aussi été assassinée plusieurs années auparavant. 
Tous deux font sortir de prison trois criminels, un tueur à gage, un chef de gang et un sérial killer de génie. En apparence rien ne les lie... mais à la frontière entre homme et bête, entre justice et violence... la vérité se cache, tapie sous les mensonges. 

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/carreenquete.jpg

~ Mon avis ~

8/10


Sombre, sexy, sanglant (et flouté), Bad Guys délivre de l’action, de l’horreur et des frémissements. Thriller efficace, Bad Guys m’a surtout fascinée dans sa manière de me faire m’attacher à des personnages franchement controversables, tout en ne les changeant jamais en agneaux gentillets. C’est un peu bête à dire, mais la balance est vraiment dure à trouver et à tenir et s’il y a bien une chose dans laquelle Bad Guys a excellé : ça a été de faire des bad guys… des bad guys.

Dans les dramas, en général, les méchants sont méchants, les gentils sont gentils. Parfois on navigue dans les zones de gris, mais en général, on est rarement dans un noir aussi complet que celui que ce drama peint durant l’intégralité de ses 11 épisodes.

En deux minutes, les personnages me plaisaient déjà – du moins, ceux de nos prisonniers – et les autres m’intriguaient fortement. Et puis commence à se dérouler l’histoire, d’abord dans un système un peu épisodique : un épisode / une enquête, avant qu’en trame de fond se dessine une histoire beaucoup plus tragique. Ce qu’il y a de dingue, c’est qu’on ne devine rien avant l’avant dernier épisode, et même quand on pense avoir tout compris – et qu’on réalise qu’on a raison dans le dernier épisode – on nous balance quand même tellement de tension et de suspens qu’on halète jusqu’au bout. Jusqu’à la dernière seconde, je ne savais pas comment ce drama allait se terminer, et pour ça, chapeau Bad Guys (et double chapeau même, parce que la boucle finale est juste parfaite : revenir comme ça sur le seul mystère laissé non éclairci…).

Une chose est sûre, ça n'y va pas de main morte. Meurtriers en série, trafic d’organes, mafia de Séoul, tueurs à gage, snipper infiltrés : vous êtes bon pour du crime et du lourd ! Mon petit reproche, est que pour les enquêtes « épisodiques » disons, il y avait un peu un manque d’imagination. Entre le remake du film de Tom Cruise, Jack Reacher, et l’écho avec la série Sherlock de la BBC j’étais un peu déçue. Mais bon, on passe vite outre parce qu’avec onze épisodes, pas le temps de s’attarder sur les enquêtes de bas étage : l’intrigue qui lie nos personnages est beaucoup plus prenante et originale.

J’ai adoré que CHAQUE personnage aie son moment, son développement, et que dans cette équipe, ils soient tous à égalité. Ce n’était pas gagné, mais le pari a été relevé avec brio (coté masculin). Car il y a bien un autre reproche que je voudrais faire à ce drama : ses personnages féminins. Entre les victimes de sérials killers, la femme « qui doit être protégée », la femme « qui trahit pour de l’argent »… et bien sûr la seule « héroïne », fade et sans charisme, prête à tout pour satisfaire son ambition… On va dire que ce drama n’était pas ce que j’appellerais un drama paritaire. Est-ce que ça m’a gênée ? Pas tellement. Ca manquait probablement, mais le quatuor principal a tellement de prestance qu’au fond… on aime bien que ce soit comme ça : de la bromance pure et dure.

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/AAAAAAAAAA.jpgOh Gu Tak, Mad Dog, joué par Kim Sang Joon, est des quatre celui qui m’a posé le plus de problèmes. Déjà, il crache tout le temps sans raison (« non mais si, ça fait badass » ?). Surtout, j’ai trouvé son jeu un peu trop forcé, comme s’il avait du mal à trouver son personnage. Il manquait une forme d’intensité, et ça m’a un peu gênée, sachant qu’il était quand même un peu le personnage principal. Je l’ai préféré dans d’autres rôles, et notamment ses rôles de gentil. D’ailleurs, dans les flashbacks avec sa fille, il a une meilleure tête et cet air avenant lui va beaucoup mieux ^^ Est-ce que pour autant il est mauvais ? Non, pas du tout. J’ai juste eu une sensation de décalage que j’ai trouvée dommage, même si elle ne m’a pas trop bloquée pendant le drama. C’était un peu un défaut de Bad Guys : surjouer l’air mystérieux.

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/AAPARKHAEJIN.jpgEt alors pour le coup, Lee Jong Mun, joué magistralement par Park Hae Jin, gagne la palme d’or. Je crois que j’ai rarement vu un personnage principal, si charismatique… parler si peu. Avec sa frange devant le visage, on ne voit qu’un seul de ses yeux, mais qu’est-ce qu’il peut en dire des choses avec cet œil ! Cette intensité ! Et l’avantage d’un personnage qui parle peu, c’est que lorsqu’il dit quelque chose, on est quatre fois plus attentif à ce qu’il raconte. Lee Jong Mun est un être économe de tout, qu’on sent perdu, toujours là mais en même temps, toujours un peu ailleurs. Serial Killer condamné à perpétuité, diagnostiqué psychopathe, mais également pur génie (n'oublions pas où nous sommes : dans un drama ^^), il est incapable de se souvenir des meurtres qu’il a commis. A chaque épisode, Bad Guys nous fait faire des allers retours « non, il n’a pas commis ces crimes. Ah. Si peut-être. Non, mais non, impossible. Quoique… Mais on est dans un drama ! C’est obligé qu’il soit innocent ! En même temps… ce serait drôlement dramatique s’il était coupable… Alors ? Quoi ? » et jusqu’au bout, impossible de savoir. On a toutes les hypothèses, les possibilités dans la tête, et au fur et à mesure que son histoire se dévoile, on va de surprise en surprise, de déceptions en soulagements, de frustrations en craintes. Park Hae Jin est magistral, parce qu’il faut de la retenue pour jouer pareil personnage, l’incarner et le garder crédible avec aussi peu de mouvements, de texte et d’action à porter.

L'identité dans Bad Guys, passait aussi grandement par l'action. Le réalisateur s’est vraiment attaché à garder l’identité de chacun, y compris au niveau du combat. Du début à la fin, chacun à une véritable personnalité dès qu’il s’agit de se lancer dans une baston, et la place un peu particulière de Jong Mun étoffait vraiment son personnage. Contrairement aux autres qui pouvaient se tirer d’affaire seul, Lee Jung Mun était beaucoup plus vulnérable [SPOIL] (enfin à peu près ^^ la scène de l’électrochoc restant mémorable). [/SPOIL] Il y a eu un gros travail là-dessus : sur la manière dont se battre ensemble pouvait lier les personnages. C’était d’autant plus flagrant avec le duo Wong Cheol / Tae Su. Oh Gu Tak était plus en retrait [SPOIL] sauf peut-être dans la scène où Lee Jong Mun l’électrifie alors qu’ils pourchassent le docteur. J’ai trouvé qu’elle dégageait tellement de sens : ils ont bâti une fragile confiance dans leur équipe, et cette confiance repose sur le fait de savoir que l’autre, quoiqu’il arrive, couvre vos arrières. Le fait de ne plus pouvoir lui faire confiance, ne plus pouvoir se sentir protégé par Gu Tak le pousse à s’écarter comme il peut (et je crois que c’est vraiment la place qu’avait Lee Jong Mun dans ce groupe : le protégé. Parce qu'ils ignorent s’il est vraiment un tueur ou non, ces hommes qui ont salis leurs principes, tué, frappé, commis des crimes sans se repentir, se sentent inconsciemment le devoir de protéger celui qui dans leur groupe... n’a finalement pas sa place. C’était un joli équilibre et j’ai vraiment été triste de le voir brisé, même si ce n’était que pour mieux se reconstruire). [/SPOIL]

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/AAAA.jpgJ’ai failli parler de lui en premier, mais ça n’aurait pas trop suivi la logique du drama. Pourtant, quelle présence ! Déjà, dans King of Baking, Kim Tak Goo, il avait cette présence classe d’homme de main sombre à l’âme divisée… quel plaisir de le voir dans un premier rôle ! Jo Dong Hyeok est un monstre de charisme. De tous les personnages, Park Tae Su est le plus indubitablement criminel. Tueur à gage froid et méthodique, il a vécu sa vie en prenant celle des autres. Il m’a fallu environ deux secondes pour l’adorer. Pourtant, à aucun moment du drama, je n’ai essayé de lui trouver de bonnes raisons, des explications ou de lui pardonner ses crimes. Juste… son personnage m’a directement touchée, bien qu’il soit franchement un meurtrier sans scrupules. Il y a une violence dans ce personnage, une souffrance, une force… qui m’a happée durant tout le drama. Son intrigue personnelle est vraiment riche, et sa relation avec cette femme dont il a tué le mari est tout simplement magnifique. On ne verse jamais dans la niaiserie, et j’ai beaucoup aimé le dernier épisode à cet égard. De tous, il était probablement celui qui avait le plus à se faire pardonner, le plus à faire pour redevenir un homme. Je ne sais pas si l’on peut dire qu’il y est parvenu, mais j’ai admiré la volonté avec laquelle il avance tout du long. Et damn, ce qu’il était classe dans ses scènes d’action !

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/AAA.jpgEnfin, Ma Dong Seok, dans le rôle de Park Wong Cheol ne m’emballait pas au début. Je le trouvais trop bavard – un peu étrange dans cette ambiance austère et silencieuse imposée par le drama – trop décalé, trop insouciant. Et puis je me suis retrouvée à l’adorer sans même m’en rendre compte. Il était attachant à ne savoir s'exprimer que par la violence de ses poings et à recevoir stoïquement tous les coups pour mieux les rendre : j’ai aimé la touche finale qu’il apportait au groupe. Il était pour moi la balance, le ciment qui liait le plus efficacement les personnages entre eux. On sent qu’au fond, Wong Cheol n’est pas si mauvais, qu’il a juste fait des mauvais choix, grandi à côté des mauvaises personnes. Mais ces actes, ces choix, il les a fait et il doit en payer le prix... et encore une fois, plutôt que d’essayer d’excuser les personnages, le drama ne prend pas de gants et dévoile le personnage à nu : ni bon, ni mauvais. Humains.

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/AAAAAAA.jpgL'inspecteur Yoo Mi Young jouée par Gang Ye Won manquait atrocement de charisme à côté de tout ce beau monde, et s’en devenait presque tragique. Ils ont bien essayé de lui donner une histoire de côté, de lui donner de l’épaisseur en lui faisant prendre des bonnes et des mauvaises décisions, en la plaçant au cœur du conflit… et pourtant, rien n’y a fait. J’ai compris son personnage, et à défaut de la rendre charismatique, Gang Ye Won a su la jouer comme il fallait. Sauf qu'à aucun moment elle ne m’a investie. Globalement, j’avais plus envie de la faire disparaître que de la voir. Elle n’apporte vraiment rien au drama ce qui est bien dommage.

Commissioner Nam Goo Hyun (Kang Shin Il) n’apporte pas grand-chose non plus, mais qu’est-ce qu’il m’a fait rire. Cette idée d’en faire un spécialiste de la métaphore philosophico-existentielle était énorme, et cette façon qu’avaient tous les autres de lever les yeux au ciel, épique !

Je ne m’attarderais pas trop sur les autres personnages, pour le suspens, mais j’ai trouvé dommage certaines interprétations un peu trop caricaturées... [GROS GROS SPOIL] Notamment Oh Jae Won, joué par Kim Tae Hoon, dont j'ai su à l'instant où il est apparu à l'écran qu'il était non seulement lié à cette affaire, mais probablement derrière son ensemble... et j'avais raison. Ca m'a déçue d'avoir autant deviné avant que cela ne me soit révélé et c'est en grande partie à cause de son jeu outrancier qui... cramait sa couverture quoi. [/SPOIL]

Bad Guys a aussi excellé a mettre en place son ambiance grâce à cette instrumentale absolument épique qui accompagne tous les épisodes du drama. Je ne sais pas pour le reste, mais en tout cas, ce n’est pas de sitôt que cette mélodie va me sortir de la tête.

Que vaut donc Bad Guys ? Et bien le drama a beau être inégal, j’ai quand même passé un excellent moment devant, et il m’a passionnée jusqu’au bout. D'ailleurs, plus j'y pense, plus je me dis qu'il était bon.
 

Comme d’habitude, je déplore que les couteaux soient floutés, les faux organes aussi et beaucoup d’autres choses qui n’arrêtent pas de rappeler au spectateur que ce qu’il regarde est censuré... Lorsqu’on fait le choix de raconter une histoire pareille et que l’on accepte de la diffuser, il faut aller jusqu’au bout et s’en tenir à ce que l’on a prévu et arrêter de flouter tout et n’importe quoi ! (les tatouages ! Pourquoi flouter les tatouages ?)

Heureusement, les héros de Bad Guys ne sont pas floutés, et on peut les voir dans toute leur splendeur : sombres, et plus sombres encore. Entre hommes et bêtes, justice et vengeance, charisme et action badass : Bad Guys est un thriller haletant.

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/carrememories.jpg
~ Et vous, qu'est-ce que vous en avez pensé ? ~
 


Healer - KDrama

Par Nikilann

Jeudi 26 février 2015 à 8:00

Healer (힐러)   

Drama coréen

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Healerp1.jpg
Période de diffusion : 8 décembre 2014 - 10 février 2015
Episodes : 20 (70 min)
Genre : Romance, Action, Thriller
Ratings : 10%
Casting :
Ji Chang Wook as Seo Jung Ho
Park Min Young as Chae Yeong Shin
Yoo Ji Tae as Kim Moon Ho

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/CarreH1.jpg
~ L'histoire ~

Jung Ho travaille dans l'ombre, sous le nom de code de Healer. Il s'occupe de faire des "courses" pour ses clients, qui peuvent tout demander de lui excepté le meurtre. Chae Yeong Shin est une reporter dans un tabloid, et Kim Moon Ho est un grand journaliste populaire et connu pour dénoncer les scandales. 
Ils sont trois. Ils ne se connaissent pas encore mais ils sont liés...


http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/carreA.jpg
~ Mon avis ~

11/10


Mon coeur a explosé. Je tremble. Je pleure. Des frissons me parcourent de l'intérieur jusqu'à l'extérieur. Donc oui : je mets une note qui n'existe pas.

J'ai. Fini. Healer

Mais qu'est-ce que j'ai fini ? Qu'était ce drama ?

Comment peut-on prendre tous les clichés de dramas et ... ne tomber dans les pièges d'aucun ? Comment... comment peut-on faire ressentir tant de choses ? 

L'addiction. Cette hystérie... ces cris qui échappent, ces gémissements (de peine, de joie, de haine, de colère...) incontrôlés, ces fins d'épisodes incroyables qui empêchent de dormir et vous font sautiller sur place de frustration... Healer c'était mon corps qui m'échappait. 

Je ne sais pas par où commencer. Pas par où finir. Ce drama m'a rendu muette parce qu'il était parfait. 


Mais pourquoi Healer est un drama parfait ? Pourquoi a-t-il été plus fort que Misaeng qui était pourtant bien plus bon sous tous ses aspects ? Pourquoi a-t-il été plus addictif que City Hunter, qui pourtant avait Lee Min Ho comme argument principal et des scènes d'actions à couper le souffle ? 

Je crois qu'Healer est objectivement un drama très travaillé, dont l'intrigue, en plus de se tenir, est proprement passionnante. Nous pouvons remercier Song Ji Na (Sandglass, The Legend, What's Up, Story of a ManFaith) , l'incroyable scénariste aux manettes du drama. 

Mais il allie une implication émotionnelle, un dévouement aux personnages tout simplement jamais atteint jusque là. Je crois que la vitesse de traduction des deux derniers épisodes en est plutôt représentative (traduit en anglais 2/3h après la diffusion de l'épisode en Corée. Je me demande si ça c'est déjà vu). 

Si l'on ajoute un jeu d'acteur fantastique, une réalisation particulièrement soignée et une bande son captivante à cette intrigue et à ces personnages solides et émouvants... Ce pendant l'intégralité des vingt épisodes (!) et bien je crois que la perfection trouve tout son sens dans Healer

Que dire de plus, sinon l'extase permanente de regarder un drama qui nous fait aimer tout ce qu'il nous donne ? 

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Healer0005.jpgJi Chang Wook a été phénoménal dans son rôle aux multiples visages. J'ai toujours aimé son jeu et ses personnages, mais je n'ai jamais imaginé qu'un jour, je l'aimerais à ce point ! J'ai aimé Healer, secret et solitaire. J'ai aimé Jeong Hoo, abandonné et enfantin. J'ai aimé Park Bong Soo, affectueux et fragile. Ils m'ont rendue folle. Mais surtout, Ji Chang Wook, a réussi à faire d'eux un seul et unique personnage en jouant sans cesse les trois en même temps. Chaque scène était pleine de couches successives de jeu ! [SPOILER] Combien de fois a-t-on vu Jeong Hoo plutôt que Park Bong Soo (la scène du relooking, l'hilarant moment de l'épluchage des pommes de terre et des oignons !) ? Combien de fois a-t-on vu Bong Soo dans Jeong Hoo (le skinship permanent avec Yeong Shin, le naturel de leurs échanges, les blagues et les sourires) ? Et Healer dans Bong Soo ! (Tout cet épisode 18 où l'on nous laisse croire un instant que Bong Soo va pouvoir exister et commencer à vivre... mais où Healer ne peut pas s'effacer... incroyable) [/SPOIL] Ce qui était le plus fou je crois, c'est à quel point le personnage de Jeong Hoo était riche et vrai. Défauts, qualités, il incarnait un homme tellement complexe ! Jeong Hoo est jaloux [SPOIL] et ça n'a jamais arrêté de me faire rire une seule seconde : franchement, quand peut-on cesser de rire d'un homme jaloux de lui-même ? Jaloux de Moon Ho jusqu'à la dernière seconde ? Jaloux de Lee Jeong Seok même dans son adieu ! (ce petit pincement de joue haha) [/SPOIL], Jeong Hoo est fragile [SPOIL] cette manière qu'il a de s'accrocher à Yeong Shin, de lui pomper toute sa chaleur, de la toucher tout le temps comme pour vérifier qu'elle est toujours réelle ! En dehors des milliers de petits moment d'hystérie que ça a pu susciter - franchement, le début de l'épisode 15 ? -  ces moments sont tellement caractéristiques du personnage ! Il a été abandonné par tout le monde, il n'a jamais eu personne pour lui donner de la chaleur, c'est tellement logique et cohérent qu'il reporte tout son besoin d'affection sur Yeong Shin. Alors qu'elle, le repousse parfois - encore une fois, scène hilarante de la cuisine. Pourquoi ? Parce que cette affection, elle l'a eue par son père. Parce que comme elle le lui dit : il n'a pas une manière d'aimer comme tout le monde. Un amour normal est plus mesuré, plus raisonné. Le sien est irrationnel et absolu, parce qu'il déverse toute l'amour d'une vie en la simple personne de Yeong Shin. [/SPOIL] Jeong Hoo est intelligent [SPOIL] j'aime vraiment que ça se sente en permanence. Dans ses actes, ses mots : de l'analyse de ses propres sentiments à toutes ses capacités de déductions concernant l'intrigue... même ses plans B sont stylés ! [/SPOIL]. Jeong Ho est impulsif [SPOIL] ce qu'il peut être sanguin ! Cette rage, ce besoin de bouger, de se battre qui bout en lui en permanence ! So. Sexy. (oui, j'ai à ce stade abandonné tout espoir d'être rationnelle à un moment donné de cet article) [/SPOIL].
Jeong Hoo est. Et sous cette formule un peu clichée, je crois que tout de même, cela montre l'implication de Ji Chang Wook dans son rôle et la force de ce drama a faire ressentir des émotions d'une force exponentielle.

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Healer0018.jpgJ'aime beaucoup Park Min Jung. Je l'avais adorée dans le rôle de Kim Nana (City Hunter). Mais dans le rôle de Chae Young Shin... Elle surpasse n'importe lequel des personnage qu'elle a pu jouer avant. J'ai eu envie de ressembler à Chae Young Shin. Il n'y a rien d'autre à faire que de l'admirer. Admirer sa force, son courage. Admirer sa manière d'avoir peur. Elle assume sa peur, mais elle va tout de même au devant du danger ! Avec la certitude qu'il vaut mieux agir que fuir. [SPOIL] Elle dit d'ailleurs dans l'épisode 19, dans une scène qui m'a tout simplement retourné le coeur, qu'elle veut se battre contre Elder parce qu'elle ne veut pas devenir un zombie. Elle ne veut pas fermer les yeux, et prendre le risque de se laisser contaminer par cette faiblesse qu'elle ne condamne jamais mais qu'elle voit comme une maladie. [/SPOIL]. Et puis il faut le dire, Chae Yeong Shin est bouillante de naturel et qu'est-ce qu'elle est drôle ! La scène où elle danse dans le café et la tête de Jeong Hoo ! La liste de tous les moments où elle a pu me faire rire est trop longue. Ne parlons pas de son charisme fou, omniprésent du premier au dernier épisode. [SPOIL] Ce qui doit être un cas unique dans les dramas coréens. Une femme dont le caractère, en plus de ne pas changer d'un iota, reste aussi affirmé jusqu'au bout ? Une femme dont le rôle dans l'intrigue ne cesse de se modifier tout en restant totalement central ? Une femme capable d'aimer un homme d'action et l'accompagner ? Une femme qui pleure dans les bras de son père ? Une femme qui pour réchauffer l'homme qu'elle aime, le rejoint dans son lit sans honte ? Une femme qui est capable de faire la différence entre le père et le fils ? Une femme capable de faire confiance et de poser les bonnes questions ? Une femme dont le héros respecte les choix ? Dans quel drama est-ce que l'on a vu ça ?  [/SPOIL]

Yeong Shin et Jeong Ho ont la relation la plus sincère, la plus vraie, et la plus belle que j'ai pu voir dans un drama. Je ne dis pas cela à la légère, la seule romance qui a mon avis pourrait rivaliser est celle de Smile, You, c'est dire à quel point Healer place la barre haut ! On pourrait dire longtemps et faire défiler les détails, mais encore une fois, il n'y a pas assez d'un article pour décrire et parler d'Healer. [SPOIL] Un des aspects les plus fous et réussis de leur histoire, c'est le temps qu'il leur faut pour se mettre ensemble et l'épaisseur des obstacles qui se dressent devant leur route. Yeong Shin aime un homme qui vit dans le secret et dont elle ignore le visage. Jeong Hoo ne veut pas le rendre complice de ses délits, il veut d'abord trouver comment la protéger avant de lui avouer qu'il l'aime. Sa déclaration en temps que Bong Soo repoussée par Yeong Shin est fascinante (en dehors du potentiel comique de la chose : le "okay immédiat" quand elle lui dit qu'elle aime Healer, est juste à mourir de rire !). Mais lorsque tout ces obstacles compréhensibles tombent (sans pour autant disparaître, et c'est ce que j'ai trouvé génial. C'est juste qu'ils étaient jusque là compréhensibles et justifiables... Puis face à la force magnétique qui attire Jeong Ho et Chae Yeong Shin l'un vers l'autre, ils font pâle comparaison et ne peuvent plus tenir), lorsque les personnages succombent à l'attraction qui ne pouvait pas plus longtemps les tenir éloignés... ils ne se quittent plus et écartent les malentendus un à un en parlant, en se disant la vérité, et en faisant confiance à l'autre personne. Dans quel autre drama est-ce qu'on a pu voir ça ? Et bien sûr... ces milliers de baiser, ces scènes au LIT (!!), ces scènes de câlins... chaque geste est une excuse pour un skinship ! [/SPOIL]

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Healer0009.jpgBien sûr, puisque nous sommes dans Healer, le drama qui ne fait rien comme les autres, le second (?) lead masculin est fantastique. Kim Moon Ho, joué par le talentueux Yoo Ji Tae (le grand malade du chef d'oeuvre Oldboy), est l'un des personnage les plus intéressants qu'il m'ait été donné de voir. Il est paradoxalement très complexe à décrypter et très simple à comprendre. Moon Ho était le pont du drama, le pont entre les personnages, les époques. J'ai absolument adoré la manière dont il apportait les flashbacks avec lui et portait l'histoire forte de la génération adulte. Healer réussit d'ailleurs un autre exploit, à mon sens totalement unique dans le monde des dramas, en n'utilisant les flashback que lorsque c'était utile, tout en leur donnant un vrai cachet (à part peut-être School 2013 qui était très fort pour donner un morceau de flashback et ensuite livrer la suite... donnant un tour totalement différent aux scènes et à l'histoire). [SPOIL] La scène où Jeong Ho réalise que Yeong Shin est Ji An, j'étais totalement sidérée qu'on ne nous montre pas dans un flashback Moon Ho appelant Yeong Shin "Ji An" dans un moment de panique. Non, on nous fait simplement écouter la voix. Parce que ce drama, non content de nous livrer une histoire émotionnellement immense, nous prend pour des gens intelligents. Il suffit de voir dans le dernier épisode la scène où Moon Ho ramène Myung Hee et lui présente Ji An. Pas un mot n'est échangé dans cette scène. Un regard, deux mains tendues, nous n'avons pas besoin de plus pour comprendre qu'elle sait qu'elle est enfin face à la fille qu'elle a perdue. Et le drama le sait, et en profite pour gagner du temps d'écran afin de nous livrer des scènes plus fortes et plus significative, comme la suivante entre le père de Yeong Shin et Myung Hee. [/SPOIL] Moon Ho n'est jamais un rival romantique, mais il n'a pas besoin de ça pour exister et être l'un des personnages les plus passionnants de cette histoire. [SPOIL] Surtout que disons-le, Jeong Ho a suffisament à faire à être jaloux de lui même haha [/SPOIL]

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Healer0006.jpgAjumma. Cette voix omniprésente, ces cheveux inoubliable, ces kimbap, ce rire chelou, ces chansons pop... Kim Mi Kyung est présente dans des tonnes de dramas, et elle ne me laisse jamais avec la même impression. Mais je crois que je n'oublierais jamais son personnage dans Healer. Elle m'a émue, et je l'ai aimée à en mourir. [SPOIL] Est-ce que ce n'est pas adorable que Jeong Hoo soit jaloux de Yeong Shin parce qu'elle l'a vue avant lui ? Et sa réaction quand il la rencontre ! Impayable. [/SPOIL]

Je crois que c'est une aussi une première, mais pour une fois, tous les adultes sont passionnants.


J'attendais pourtant Moon Shik, le grand frère de Moon Ho, au tournant ! Un bon méchant de drama normal : pourri jusqu'à la moelle pour descendre un peu le niveau du drama ! Sauf que pas du tout. On ne peut pas s'empêcher de le comprendre, ou du moins d'essayer de le comprendre. On admire son amour pour Myung Hee. Son amour pour Moon Ho. On tremble de l'étrange folie de ce personnage : latente, cachée, indéfinissable. Je n'ai jamais réussi à le détester. Et la dernière scène dans laquelle il apparaît... magistrale. 
Myung Hee est handicapée. Elle a perdu sa fille, son mari. Pourtant elle vit avec le sourire, elle tente de devenir toujours plus forte. Même dans son extrême vulnérabilité, elle est plus solide que n'importe qui. [SPOIL] Cette scène dans l'épisode 19 où elle s'en va. Où elle dit qu'elle comprend enfin pourquoi elle n'a jamais pu tomber amoureuse de Moon Shik... l'une des scènes les plus sublimes de ce drama. [/SPOIL] La force de ce personnage m'a complètement retournée.
Teacher (Oh Gwang Rok) était lui aussi plutôt mythique. Drôle, à moitié fou... qu'est-ce que j'ai pu l'aimer ! [GROS SPOIL] Et pleurer sa mort si injuste et brutale ! Elle avait ce parfum de possibilités encore inexplorées pour le personnage... [/SPOIL]

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/CarreYS.jpg
Les versions jeunes des adultes jouaient aussi génialement bien. L'attention portée au casting m'a aussi beaucoup surprise (on s'habitue à ce que l'industrie favorise la célébrité à une sélection judicieuse... reposant sur le talent des acteurs et la crédibilité physique). La jeune Myung Hee (Jung Hye Jin), dégageait cette même puissance de caractère, cette même luminosité que l'adulte. Le jeune Teacher (Choi Dong Goo) avait les même intonations de voix que le plus âgé ! Quant au jeune Moon Shik (Son Seung Won), j'ai trouvé magique la différence qui se voit comme le nez au milieu de la figure, et en même temps... on sent que c'est le même. [SPOIL]
La scène en trois volet où on voit son évolution lorsqu'il est forcé de mentir à la police pour Gil Han et Jeong Seok a totalement sauvé le personnage a mes yeux. [/SPOIL] Gil Han (Oh Jong Hyuk) et Jeong Seok (Ji Il Joo) étaient extrêmement attachants aussi. 

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/Healer0044.jpg
Impossible de passer à côté de Chae Chi Soo (Park Sang Myeon), le père de Yeong Shin et son adorable sidekick (Woo Heon), l'ex-tôlard reconverti en serveur dans le café de son avocat haha. Je pense que Chae Chi Soo gagne le titre de Best Dad EVER haut la main. Il m'a fait rire, il m'a fait sourire, il m'a touchée en plein coeur... Je n'échangerais les scènes avec lui pour rien au monde. [SPOIL] Sérieusement, sa tête quand Jeong Hoo revient embrasser Yeong Shin ? BWAHAHA [/SPOIL]


Parlons aussi de l'équipe de Someday News ! Tellement adorables, mignons et drôles ! J'ai totalement adoré le patron. Lee Jeong Soo (Jang Sung Bum) dans son double rôle d'espion pas du tout double était énorme [SPOIL] J'ai cru l'espace d'un instant qu'on aurait le droit à une histoire romantique entre lui et Kang Dae Yong (Taemi), la seconde d'Healer... mais non. Vraiment dommage, ça aurait été super sympa ^^ Mais bon, temps d'écran oblige ? [/SPOIL]. La chef/ex de Moon Ho, Kang Min Jae (Woo Hee Jin) était aussi un personnage que j'ai beaucoup aimé. Bien qu'elle reste au second plan, ses interventions n'étaient jamais inutiles ou inconséquentes. A chaque fois, ce qu'elle disait était passionnant. Elle nous livrait beaucoup de clés sur le personnage de Moon Ho. [SPOIL] Damn elle méritait son final ! J'étais trop contente pour eux, que leur réconciliation soit montré de façon si simple et si claire ! hihi Moon Ho mérite d'être heureux ! [/SPOIL]

http://asiandramas.cowblog.fr/images/10/CarreJ.jpg
Yoon Dong Won (Jo Han Chul) m'a totalement fait craquer. Il est adorable dans son rôle de bon flic qui court après le mauvais criminel, et sa relation avec Jo Min Ja m'a vraiment touchée. 

Côté Elder et Secretary Oh (Jeong Gyu Su), leurs rôles étaient vraiment bien écrits. On les voit peu, ils sont mystérieux et on en sait forcément peu sur eux... et pourtant, encore une fois, Healer dote ses personnages d'épaisseur. Elder est glaçant. Et Secretary Oh... est à la fois terrifiant et pitoyable. C'est une combinaison forte lui donne une véritable présence. 

J'ai été très surprise par la Double S Gard, à la fois très présente et très en retrait. Je m'attendais à les détester, mais en fait, en plus de les apprécier pour leur qualité comique [SPOILER] la scène où le chef, Bae Sang Soo (Park Sang Wook) se fait avoir par Jong Ho dans la voiture est énorme ! [/SPOIL], je crois que je les appréciais tout court. La seconde de Healer, Kang Dae Young, jouée par Taemi, était totalement en second plan, mais à la manière de Min Jae (l'ex de Moon Ho), j'ai aimé qu'elle ne fasse pas une seule apparition inutile. Elle a même un rôle clé au final. C'était un peu le message d'Healer : "chacun est une pièce du puzzle de cette histoire. Rien de ce que nous vous racontons n'est inutile. Rien." 

Parce qu'Healer était parfait. 

Alors maintenant, vous qui avez vu Healer, cliquez sur play juste en dessous :



Fermez les yeux. Et laissez-vous porter...

Et si vous n'avez pas vu Healer... foncez vivre l'aventure de votre vie. 


~ Vous aussi vous vouerez un amour éternel à Healer ? ~   
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast